Big catch

21 juin 2014, fin de matinée, 2éme manche du  World Predator Classic 2014 qui se déroule en Hollande prés de Rotterdam…nous avons déjà un big pike au compteur avec 103 cm! Un poisson que Jimmy a pris rapidement dès l’ouverture des hostilités. Notre quota brochet est donc rempli, cela ne sert donc à rien de continuer dans cette voie.

Maintenant c’est objectif sandres et perches avec quota de 3 pour chacun.

Vu la difficulté des conditions, je décide une approche finesse vu que Jimmy fait l’inverse. Je prend alors mon combo favori pour cela: Rod BIWAA My Religion, DAIWA Certate 2506  chargé de tresse MAXIMA Braid 8.. 10 Lbs raccordée à un bas de ligne de 3m de MAXIMA Fluorocarbon 10 Lbs. On pêche dans moins de 2m d’eau, les bordures d’herbiers battus par le vent. Et comme leurre, je choisi sans hésitation un Divinator S 4″ coloris Ivory monté sur tête plombée de 5.5g. 

Quelques minutes plus tard, petit toc caractéristique suivi d’un ferrage et là je suis en prise avec un gros fish, à priori un énorme sandre! Pour info, quelques jours auparavant, un zander de 106 cm a été pris sur la zone du championnat! Donc tout est possible, mais le poisson prend rapidement le large avec puissance. Canne pliée, c’est en fait un gros brochet, mais avec mon fluoro de 10 Lbs, la moindre erreur va se payer cash. Je ne vais céder que le minimum de fil tout en dosant car si le poisson monte trop vite et fait une chandelle c’est terminé. En apercevant la caudale, ce brochet est peut être plus gros que l’autre! Une fois au sec et mesuré sur la règle il accuse 107 cm!!

Je pense dès lors avoir le big fish du jour, mais aux résultats le soir, un équipage à pris un brochet de 109 cm!!

Les records sont fait pour être battus!!

Chris

 

 

Bass, Armored Craw et Amplifire

Texas style!! Voilà une de mes techniques préférées pour la recherche du bass

sur des zones d’empierrement. Le leurre est constitué d’une Armored Craw 4″ BIWAA, monté sur un hameçon texas ZION n°4/0, l’ensemble est précédé par une balle en tungstène de 7 à 14 g bloqué par un rubber stop. Cette technique permet de pêcher les enrochements, qui se trouve la plupart du temps de 3 à 8m de profondeur. Le choix du fil est primordial, et j’utilise depuis plusieurs saisons avec succès du fluorocarbone version 15 Lbs de marque MAXIMA. Ce n’est pas une pêche de finesse, loin de là car il faut pouvoir en outre extraire rapidement des obstacles profonds un gros poisson. Abordons maintenant le choix de la canne et du moulinet. Ce dernier doit posséder un ration élevé style 6.3 minimun, couplée à une canne d’action fast puissante. J’ai pas mal testé la WAIKHRU the Amplifire et je peux dire que son action est bluffante, de part sa résonance extrême, sa légèreté et sa puissance hors du commun..  Cette technique permet de prendre du bass et du gros, mais aussi d’ énormes brochets qui sont friands d’écrevisse et çà c’est un secret pour personne. J’utilise aussi le montage jeka rig mais pas sur les zones évoquées car les accrocs dans les rochers sont alors très fréquents.

Bonne pêche à tous

 

Chris

 

 

Materiel pour pêcher au swimbait

 

 

Avec l’arrivée du Swimpike qui vient consolider la gamme des Seven et Strout, il est bon de faire un point sur le matériel qui permet  l’utilisation de ces leurres. Je ne vais parler ici que de pêche spécifique au brochet. En premier lieu, le choix de la canne va être conditionné par le poids des leurres  à envoyer. Donc puissance XH ou extra heavy c’est à dire en gros de 1 à 3.5 Oz soit 28 à 100g. L’emploi du casting est de rigueur car le matériel spinning n’est vraiment pas du tout adapté à cette pêche. J’utilise avec succès depuis de nombreuses années une canne SAKURA Antidote 702 XH, qui allie puissance et confort d’utilisation. Bien que sa plage soit de 2.5 Oz maximum soit 70g, elle accepte sans problème un Swimpike de 75 ou 85g, y compris lors de lancers très fortement  appuyés. Elle permet en outre de treuiller un gros poisson de part sa réserve importante de puissance. Le choix du moulinet se porte sur 2 critères importants, d’une part un ratio lent aux environs de 5.1, et d’autre part  une capacité à retenir beaucoup de fil.

Pour le choix du fil, je pense que je vais en choquer plus d’un mais je n’ utilise essentiellement que du mono filament et surtout pas de tresse. Et ce pour plusieurs raisons. La pêche avec des swimbaits n’est pas une pêche de finesse, ni une pêche tactile. le terme swimbait veut dire littéralement que le leurre nage tout seul et c’est bien le cas. Donc il n’y a pas besoin de faire d’animations particulières, juste lancer et ramener. Le monofil permet en outre de faire des lancers fortement appuyés qui sont très utiles par fort vent de face et pour couvrir un maximum de distance notamment en lac de barrage.  J’utilise depuis pas mal de temps pour cette application le monofil MAXIMA Ultragreen en 18 ou 20Lbs soit 0.40 ou 0.42 mm. Avec un fil de ce diamètre c’est zéro perruque et distance de lancer maximun. Je le raccorde par un nœud en 8 à environ 30 cm de MAXIMA Fluorocarbon 80 Lbs soit 0.87 mm. Depuis que j’emploie ce fluoro, je totalise zéro coupe de brochet. Je termine le montage avec une agrafe de qualité DECOY Egg snap 70 Lbs qui permet de changer de leurre rapidement selon les conditions. Un autre point essentiel sur le matériel, ce sont les pinces à avoir absolument pour décrocher le leurre de la gueule d’un brochet. Cela peut vous éviter l’hôpital ou la mort d’un poisson, car les hameçons triples sont de forte taille. Généralement, le brochet attaque le leurre de 2 façons, soit  latéralement

mais aussi très souvent en engamant assez profondément. Ce phénomène est constaté fréquemment avec le Swimpike, qui est généralement  au fond de la gueule, triples dans les branchies. 

Les pinces HPA sont alors un must pour le décrochage du leurre.   

Bonne pêche à tous

 

Chris

 

 

 

 

 

 

 

ARMORED CRAW

Le début de saison commence vite cette année, avec le mois de Mars et ce début d’Avril très ensoleillé, une hausse de la température de l’eau, réveille l’activité des poissons.
Il est temps pour nous de ressortir les leurres (là où c’est possible), et de pouvoir pêcher le Bass avant sa reproduction.
En règle générale, les bass se cachent bien dans les zones encombrées.
C’est donc sous un grand soleil d’avril, que commence ma recherche du bass.

Niveau matériel rien de compliqué, j’utile avec grand bonheur une WAIKHRU The Amplifire 70-MH, un moulinet en ration 7.6 :1 monté en flurocarbon de 0.30mm, cela pour sortir les poissons en force des obstacles.

Niveau leurre, une armored craw, que j’utilise en texan ou sur un montage jika-rig.
Pour les deux techniques, l’animation reste lente près du fond où en faisait sautiller l’armored craw.
Voilà comment réaliser de belles journées de début de saison, avec de très beau poissons à la clé.

 


Montage jika-rig
Extrêmement simple, ce montage est constitué d’un anneau dans lequel viennent se mouvoir librement un hameçon texan et un plomb allongé à émerillon.
L’avantage, c’est grâce à l’anneau, le montage descend droit. Il permet d’insister sur les zones ou de pénétrer une végétation parfois dense.

 

Hameçon ZION 3/0, anneaux brisé taille 3, plomb 3.5gr

Bonne pêche à tous

Damien

Proto venüm tail 6,5 : épisode 02

Il est parfois surprenant, mais tellement plaisant de constater qu’à la pêche tout peut basculer en quelques instants. Cela dit c’est certainement ça qui aiguise nos sens et nous maintient toujours en haleine. Après avoir compris que le pattern du jour consistait à animer le moins possible et poser notre Venüm tail 6,5 au ras du bord, tout en se tenant bien loin en arrière de la berge, tout à commencer à s’emballer. Nous avions enfin trouvé les clés du coffre et deux lancers plus tard ce sont à nouveaux deux jolis poissons qui sont dans mes bras. Nous changeons également de couleur de Venüm tail pour affiner le pattern et voir si c’est le leurre ou la forme qui plait aux poissons.

Mon pote Bo n’est pas en reste, il enchaîne également les prises, c’est le quart d’heure de folie et le moment d’en profiter. Ces moments-là sont rares et peuvent s’éteindre à tout moment.

Bien évidemment, à force d’enchaîner les jolis poissons, nous finirons par tomber sur CELUI que nous venions chercher… notre dépendance à la pêche est devenue si grave que nous ne pouvons nous empêcher de nous mettre en mode « gros poisson » à chaque sortie. Comme si les autres ne comptaient pas, il nous faut toujours plus gros, il nous faut notre dose d’adrénaline pure ! Ce magnifique bass de presque 50 cm sera notre meilleur shoot de la sortie.

Les résultats ont encore une fois dépassés nos espérances, non seulement notre nouveau Venüm tail en grande taille à fait merveille mais en plus c’était vraiment le pattern du jour, tout ce que nous avons essayé d’autre ce jour là ne nous a pas donné de touche… Il fallait du gros Venüm tail et une action planante pour déclencher ces poissons.